merci de votre visite

Albert Decaris

Decaris

Decaris 2

                                                                                                                                                                                                                                                                        

Né à Sotteville-lès-Rouen le 6 mai 1901. Il a étudié les arts

graphiques à l´École Estienne, puis à l´École des Beaux-Arts

de Paris. Il obtient le premier Prix de Rome de gravure à

dix huit ans. En 1943 il est élu à l´Académie des beaux-arts

dont il devient Président en 1960.En 1962 il est nommé peintre

officiel de la Marine Française Buriniste de grand talent il a

d´abord gravé des estampes de grand format inspirées

de ses souvenirs classiques. Il a illustré de très nombreux

livres. Il est un des grands dessinateurs graveurs de timbre-poste,

en France, Monaco, Tunisie et autres pays francophones. Il a gravé

ou dessiné plus de 600 timbres, dont 174 pour la France

métropolitaine.En juin 1981 le Musée de La Poste a

présenté une remarquable exposition de ses oeuvres de très

grand format, dont certaines avaient près d´un mètre de large,

ce qui est difficile à réaliser, à la fois à la gravure (il faut

travailler dans un miroir) et à la presse. Son style de dessin,

notamment des visages, est reconnaissable entre mille,

par la finesse originale des traits et le bonheur qui s´en dégage

toujours. Il réalise son dernier timbre français en 1985 «La France

à ses Morts» et meurt le 1er janvier 1988.

Albert Decaris ne perdait jamais une occasion pour rendre hommage

aux philatélistes et les remercier. C'est d'ailleurs toujours avec plaisir

qu'il accueillait les séances de dédicaces.

Quelques mots de L'Artiste:

 

"Si on fait des timbres, c'est uniquement grâce aux philatélistes.

Les philatélistes nous font vivre et font vivre le timbre-poste.

On peut bien faire quelque chose pour eux. Ils le méritent bien".

 

"Tous les timbres que j'ai gravés sont des timbres que j'avais dessinés.

Quand on copie le dessin d'un autre, on risque de le trahir".

 

"Un timbre m'a donné beaucoup de mal : c'est la Campagne de l'amabilité.

L'administration trouvait toujours que les dames que je dessinais, qui

représentaient l'amabilité, avaient mauvais genre. Je me demande ou

ils ont l'esprit. J'ai mis un chapeau. "Ah!, ils ont dit, cela fait plus sérieux".

C'est celui-là qui fut choisi".

 

"Il y a un timbre sur le Clemenceau, j'avais mis un accent sur le nom de

Clemenceau. La Société des amis de Clemenceau a protesté, ne voulait

pas de cet accent. Il y eut toute une histoire. On est allé regarder l'acte de

naissance. Il y avait un accent, j'étais sauvé. Clemenceau de son vivant ne

voulait pas d'accent, cela faisait Clémenceau. Cela ne lui plaisait pas".

 

Albert Decaris, bon pied, bon œil... avec l'aide d'un trapèze devenu

légendaire, suspendu dans un coin de son atelier, sur lequel il tourne,

pour se détendre, au propre et au figuré.

Commentaires (1)

Stephen Roberts
  • 1. Stephen Roberts | 16/12/2010
Re: Pierre Munier

I too am seeking information about Pierre Munier. I am a collector of fine engraver stamps.

Munier's birth/death dates may be 1889-1962. Source:

http://www.ladressemuseedelaposte.com/Chercheurs/Les_Tresors_du_Musee/art1150.htm

Please post anything else you may find out about Munier on this great website. Thanks!

Ajouter un commentaire